LA CANOPÉE DE PARIS – un projet de construction de grande envergure

LA CANOPÉE DE PARIS – un projet de construction de grande envergure

canopy of Paris project
Récemment, le maire de Paris a dévoilé une immense canopée au centre de Paris, au-dessus de la station de métro les Halles et du centre commercial souterrain. C’est l’un des principaux projets de rénovation urbaine et de construction entrepris par la ville de Paris ces dernières années. Alors, voyons ensemble ce que ce projet de construction historique peut nous apprendre sur la gestion de projet.

Les Halles – une station de métro, des magasins souterrains et un jardin public à la surface – ont été construits dans les années 1970 après la démolition des Halles de Paris (des halles centrales où se trouvaient le marché de vente en gros de produits alimentaires). Cela a provoqué beaucoup de ressentiment et de scepticisme parce qu’elles n’étaient pas considérées comme esthétiques, en particulier le jardin public. Ainsi, la ville de Paris a décidé de rénover la station de métro, le centre commercial et de concevoir un nouveau jardin public et de le couvrir d’un magnifique canopée en verre. En termes de gestion de projet, le commanditaire du projet est la ville de Paris, le maître d’ouvrage est SemPariSeine (Société d’économie mixte d’équipement et d’aménagement) et les maîtres d’œuvre sont Patrick Berger et Jacques Anziutti (architectes de renommée internationale).

Cette fois, pour bien faire les choses, avant la phase de planification et de construction, de nombreuses réunions publiques ont été organisées au cours desquelles différents plans architecturaux et budgets ont été présentés et discutés. Les réunions ont été suivies par toutes les parties prenantes, y compris les utilisateurs et les personnes vivant à proximité de la zone de construction. En outre, une vaste campagne de sensibilisation a été lancée lors de la phase de planification et de construction. Par exemple, les utilisateurs, les riverains et les entreprises ont été sollicitées pour transmettre leurs suggestions. Et après le lancement du projet en 2010, afin de donner confiance aux utilisateurs et aux riverains ou aux parisiens en général, l’équipe du projet a créé diverses initiatives de communication telles qu’une exposition et un pont d’observation à côté du site du projet. Les expositions se composaient de modèles, d’images et de plans des chantiers. De plus, deux équipes sur le terrain répondaient aux questions des visiteurs. L’équipe de communication du projet a communiqué efficacement via un site web, des médias sociaux, des bulletins électroniques et un magazine biannuel intitulé Demain les Halles. Ces initiatives de communication ont beaucoup aidé à réduire les inconvénients pendant la phase de construction et à développer la patience et la confiance chez les voyageurs.

Ainsi, ce projet de construction est un excellent exemple d’implication de tous les utilisateurs et parties prenantes avant la phase de planification et d’exécution. Il est également important pour un chef de projet de communiquer régulièrement et efficacement en utilisant tous les canaux pour rétablir la confiance au cours d’une crise. Quand un projet a un impact sur le grand public, il paraît essentiel de communiquer, d’expliquer et de promouvoir le projet via des expositions, des sites web et des conférences. Surtout quand il s’agit d’un projet de construction qui génère des difficultés sur plusieurs années.

Le projet comportait de nombreux risques et défis. Tout d’abord, la station de métro Les Halles est l’une des plus grandes stations de métro au monde qui dessert plusieurs milliers d’utilisateurs tous les jours. Il était nécessaire que tous les trains fonctionnent comme d’habitude et que les usagers puissent utiliser la station pour se rendre au travail. Deuxièmement, le centre commercial comprend 6 niveaux souterrains. Il était primordial que les travaux n’entravent pas les affaires des boutiques attenantes. Cela a nécessité une coordination efficace et précise par les chefs de projet entre les différents niveaux. Troisièmement, les ouvriers ne pouvaient pas travailler dans la nuit parce que le bruit pouvait perturber les résidents voisins. La plupart du travail a été effectué entre 7 heures et 10 heures du matin. D’où la complexité et le labyrinthe des défis. De plus, les gestionnaires de projet n’avaient pas de références de projets passés pour s’inspirer, apprendre des leçons ou rechercher des exemples pratiques. Il s’agit donc d’un projet de construction unique, complexe et de grande envergure achevé avec succès par la ville de Paris.